Gestion des Ressources naturelles en milieu urbain : cas de la bande de filaos de la ville de Guédiawaye  

Mamadou Dieng

Urbaniste

CONTEXTE

Le Sénégal est caractérisé, ces dernières décennies, par un taux d’urbanisation exponentiel. En effet, selon lesstatistiques fournies par l’ANSD en 2015, le taux d’urbanisation se situait à 42,90%. La capitale Dakar concentre 25% de la population sur 550 km² qui représente 0,3% du territoire national. La ville de Guédiawaye, localisée dans les zones périphériques de la région métropolitaine, avec une superficie de 14 km² fait partie des villes les plus densément peuplées avec plus de 20.000 habitants au km².Ce boom démographique enregistré dans nos établissements humains va de pair avec un accroissement des besoins en terrains urbanisables et parcelles à habiter à telle enseigne qu’une énorme pression est exercée, continuellement, sur les ressources foncières, végétales et hydriques.

L’insuffisance, voire l’absence des documents de planification urbaine et le non-respect du corpus juridique et règlementaire dédié à la protection et sauvegarde de ces ressources naturelles ne militent pas en faveur d’une gestion durable du potentiel naturel des villes.

La ville de Guédiawaye bénéficiant d’un capital naturel certain ; notamment sur sa frange littorale maritime bordée par un périmètre de reboisement en filaos, constitue l’exemple le plus patent en matière de difficultés à asseoir une gestion conséquente et durable de ressources naturelles.

DEMARCHE

  • Genèse et présentation du site naturel ;
  • Identification des problèmes avec définition de l’arbre à problèmes ;
  • Passage en revue succinct des initiatives de gestion entreprises par différents acteurs (Etat, collectivités locales, ocb, PTF) ;
  • Perspectives

 

RECOMMANDATIONS POUR DES SOLUTIONS DURABLES

  • A l’échelon local ;
  • A l’échelon central

CONCLUSION

 

 

Laisser une réponse