PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DÉVALUATION DU COMITÉ SCIENTIFIQUE ET DE PILOTAGE EN COURS.

Par Lamine Diedhiou, Canada

Date : le 0 7-09-2014

Ordre du jour:
1. Évaluation activités
2. Perspectives
3. Divers
______________________________________________________
Présents : Abdou Ndao, Semet Pofrima, Lamine Diédhiou, Cherif Sy, Amadou T. Wone

Absents : Khadim Ndiaye

Se sont excusés de leur absence : Moussa Mbaye, Cheikh Gueye, Kewuzâbe, Fatimata Sy, Ibra Sène

1. Lamine suggère d’informer le groupe sur les décisions importantes.
Cherif : a fait un commentaire général sur a) une réunion importante pour encadrer nos projets et activités car, parfois, ça va dans tous les sens. Il préconise de s’interroger sur qu’est-ce qui ne va pas qui autorise une réflexion sur la refondation ? Suggère de documenter les notions de «langues vernaculaires» et« langues nationales» en se basant sur les travaux des groupes qui nous ont précédé. Voir, par exemple, la revue Le chercheur. Il nous enverra les articles de cette revue.

Il remercie tous ceux qui ont fait des contributions lors du dernier atelier. Souligne que le rapport a provoqué d’autres questions, par exemple, faut-il supprimer le français ? Faut-il imposer le wolof ? etc. Sur ces questions, le rapport devait préciser que l’atelier n’avait pas pour objectif d’imposer une langue et ne dit pas qu’il faut aller vers un contexte de rupture avec le français.

Pour mieux traiter ces questions qui divisent, il faut mettre en place un Comité scientifique qui travaille sur les idées scientifiques (et non les opinions émises par les gens qui ont fait les communications)
Pour lui, dans notre façon de travailler, on insiste trop sur les détails.
Il insiste sur la nécessité de créer une structure qui oriente les activités du groupe.

Il souligne enfin sur le fait que l’atelier était une excellente initiative.

Semett souligne qu’il y a un flot d’informations qui ne tournent pas autour de l’essentiel. Il pense qu’il faut mieux utiliser Facebook.
Il propose qu’on envoie par Email les points de discussions avant chaque activité. Cela permet au groupe de réfléchir d’avance et de mieux organiser ces discussions.

Il pense qu’il faut structurer le groupe, déléguer et décliner les tâches et le contenu des tâches à accomplir.

Il souligne que les choses vont trop vite et suggère de ralentir la cadence. Cela évite la surcharge de travail qui repose en ce moment sur les «leaders naturels» qui sont ainsi les seuls comptables devant le groupe.

Problèmes techniques lors de l’atelier: On n’a pas de techniciens attitrés qui s’occupent des questions techniques et les problèmes qui surviennent dans ce domaine créent souvent des frustrations. Il faut donc planifier rigoureusement les activités et la réalisation de nos activités.

Abdou : les problèmes qu’on a connus (organisation, problèmes techniques lors des ateliers, discussion et prises de becs, etc.) s’expliquent par le fait que le groupe et le comité de refondation sont encore informels.
Il est d’accord sur le fait que le flot d’informations est trop grand.

Cherif : Il n’y a pas de péril en la demeure. Les problèmes que le groupe vit à l’interne arrivent normalement. La mise en place d’un Comité scientifique améliorera la situation.

Lamine : préconise de mettre en place des structures de prise en charge des questions auxquelles nous faisons face.

Abdou : pense qu’il faut professionnaliser nos pratiques. Il prend sur lui les observations faites par les membres du comité scientifique. Il suggère d’éviter d’étaler à la place publique les observations qui donnent l’impression que le groupe se déchire.

Cherif : suggère au groupe d’adresser une lettre d’invitation aux organisations qui existent (Association Bindu Pular, association pour la renaissance du pular, ANAFA, etc.) pour les informer de notre existence et leur suggérer de travailler avec nous. Il nous enverra la liste de ces associations et les inviter à nos discussions.

Lamine : propose de lancer un communiqué aux membres du groupe afin que ceux et celles qui en connaissent transmettent au Comité scientifique les noms des associations qui travaillent sur les questions qui nous intéressent.

Semett : suggère de faire des tests (techniques, etc.) avant nos activités pour explorer des solutions de rechange potentiels en cas de problèmes. Cela évite les frustrations liées aux problèmes techniques.
Pour lui, il faut avoir un texte d’orientation (document d’orientation) et déléguer les pouvoirs tout en mettant en place des mécanismes de contrôle. Il croit qu’il faut veiller à renforcer le groupe, à rendre clair son orientation et faire une planification stratégique avant de nous ouvrir aux organisations sœurs existantes.

2. Perspectives

Abdou : s’engage à élaborer un document stratégique. Il suggère au groupe de :

• faire preuve de beaucoup de flexibilité et peu de bureaucratie
• professionnaliser le Comité scientifique et propose Cherif comme président de ce comité. D’accord sur la proposition de Cherif de mettre en place, pour chaque activité, un comité ad-hoc qu’il suggère d’élargir à des personnalités extérieures en veillant à ce qu’il soit pluriel et représentatif
• envisager la mise en place d’une Commission vision et stratégie dont le rôle est de définir notre vison, notre stratégie et ce que nous voulons faire comme groupe
• créer une commission communication dont le président réside au Sénégal. Pour la formation de cette commission, il faut puiser dans le bassin de nos techniciens existants qui seront renforcées par d’autres.
• contacter différents segments sociaux et entrer en relation avec eux pour capitaliser nos connaissances et pratiques des questions sur lesquelles travaille le groupe.
• nommer un trésorier général qui s’occupera des questions financières
• mettre en place une unité opérationnelle (sous forme de petit Secrétariat exécutif) dont les membres résident à Dakar. Cette unité sera le bras opérationnel des décisions du groupe.
• maintenir l’atelier sur la Casamance et la décentralisation, refaire un atelier de synthèse sur la politique linguistique (en novembre ou décembre). En décembre, faire un atelier global de refondation qui se penchera sur les principes de la refondation.

Semett propose de faire une notice (fiche) biographique des membres qui vont diriger le groupe aux différentes structures. Chaque personne qui représente une structure fournira aussi une note biographique et un CV.

Cherif propose de copter Buuba Diop, Samba Buri Mboup et Boubacar Boris Diop au comité scientifique.

Levée de la réunion à 17h45.

3. Divers. Sans objet.

Fait par Lamine Diédhiou, secrétaire de séance.

Laisser une réponse